Saskatoon1_plancher_edited.jpg

Esther Bourdages œuvre dans le milieu des arts visuels et des arts technologiques à titre d’auteure, commissaire et chercheure indépendante. Détentrice d’une maîtrise en histoire de l'art de l'Université de Montréal portant sur le sculpteur suisse Jean Tinguely, elle étudie la sculpture dans le sens élargi en relation avec l’art sonore et les arts numériques.

Sa recherche curatoriale explore des formes d'art telles que l'art in situ, l'installation et la sculpture, souvent en conjonction avec la technologie (art médiatique et numérique). Un aspect particulièrement important de sa pratique curatoriale est le son, qu'elle s'efforce de traiter comme un médium indépendant plutôt que complémentaire. D’ailleurs elle développe depuis quelques années une communication sur le commissariat en art sonore qu'elle a eu l'occasion de présenter dans quelques contextes, tels qu’à Mutek et Eastern Bloc à Montréal. En tant que collaboratrice de longue date, la Fonderie Darling / Quartier Éphémère à Montréal lui a fourni de nombreuses occasions d'enrichir sa pratique. Esther Bourdages s'intéresse entre autre au développement de projets interdisciplinaires en lien avec des idées contemporaines dans les domaines de l'architecture, de l'anthropologie, de l'urbanisme et des études culturelles. Ces récentes réalisations ont examiné les environnements urbains en relation avec le tissu social et historique des villes. Elle est l'auteure de nombreux articles et commentaires critiques sur l'art contemporain.

Elle s'implique activement avec des centres d'artistes et des structures indépendantes - comme l'Agence Topo et Perte de signal. Elle occupe actuellement le poste de secrétaire, après avoir été présidente (2012-2016), au sein du conseil d'administration d'Eastern Bloc, un important centre d'exposition et de production d'art numérique dédié aux artistes émergents. Elle collabore depuis plusieurs années avec Quartier Ephémère / Fonderie Darling. En 2015, elle a été rédactrice en chef de .dpi, une revue dédiée à la culture numérique et féministe, produite par Ada X à Montréal. Toujours dans le champ des arts numériques, elle a signé plusieurs articles dans la revue
ETC MEDIA, elle programme depuis 2017 la Grande rencontre des arts médiatiques en Gaspésie à Percé. Elle est co-animatrice de CAFE à la radio de CKUT, FM 90.3 depuis 2011, où elle couvre l’art et de culture. Elle rédige régulièrement des textes (musique numérique, art audio, art féministe) pour le blog et le magazine du Goethe-Institut de Montréal. Elle travaille à OPTICA, centre d'art contemporain depuis 2017.

Sous le nom Esther B., elle joue du tourne-disques jouet, manipule des disques vinyles et enregistre des échantillons sonores sur le terrain (field recordings). Elle pratique l’improvisation, action qui lui permet de créer une musique brute, non-linéaire et ponctuée tantôt de citations sonores trafiquées ou de sons abstraits : textures principalement produites par le disque qui a connu certaines opérations d’altération (sablage, découpage, etc.). Elle a performé au Canada, aux États-Unis et en France. Ses œuvres sonores ont été présentées à l’international : en Angleterre, en Allemagne, en Palestine, au Portugal, en Belgique et au Danemark. Elle fait partie du trio de platinistes Vinyl Interventions avec Carrie Gates (Saskatoon, Saskatchewan) et Marinko Jareb (St Catherines, Ontario). Ensemble ils ont développé en 2002 un atelier portant le nom éponyme Vinyl Interventions dans lequel EB y a donné à plusieurs reprises la communication The Echo of the Vinyl Record, Between the Sound and the Visual, Between the Past and the Present. De plus, elle organise la série de concerts dédiée aux nouvelles musiques Un microphone dans une tempête de noize depuis 2002. Elle réalise également des œuvres d'art radiophoniques basées sur des enregistrements sonores de terrain.